Communiqué de presse de CEGEDIM

Publié le par cd

Paris, le 13  décembre  2010 –

Cegedim,  entreprise mondiale de technologies et de services  spécialisée dans le domaine de la santé, souhaite apporter les précisions suivantes suite aux soupçons de fraude chez des pharmaciens français  mentionnés par les médias depuis vendredi.

A l’origine de ces soupçons, il est affirmé qu’un pharmacien de Rémoulins a utilisé, de manière frauduleuse, un module technique d’un logiciel de gestion d'officines d’Alliadis, filiale à 100% de Cegedim. 

A l’image de ce qui existe dans les logiciels concurrents, il s'agit d'un module d'Administration qui permet d'accéder au contenu de la base de données contenant l’ensemble des opérations réalisées. Pour activer ce module, le pharmacien a besoin d'un code Administrateur qui lui est fourni sur demande expresse de sa part. Ce code d’accès confidentiel est la garantie pour le pharmacien qu'il est la seule et unique personne contrôlant l'accès à sa base de données et qu'en conséquence, ses collaborateurs en sont privés.

Contrairement à certaines déclarations parues dans les médias, les données de gestion  du pharmacien ne sont pas  corrompues par l'utilisation de ce module technique. En effet, les journaux, et notamment le journal de caisse, ne sont  pas impactés. Ainsi, tout auditeur, tout contrôleur fiscal, en examinant les journaux, détecte la moindre anomalie qui pourrait résulter de l'utilisation erronée de ce module technique. 

Les logiciels d’Alliadis ont été récemment  audités et expertisés. L’expertise a notamment démontré la parfaite traçabilité des procédures mise en œuvre par le logiciel qui est un logiciel de gestion et non de comptabilité.

«Pour frauder, un logiciel ne suffit pas, il faut aussi la volonté d'une personne », explique JeanCharles Tellier, Président de la section titulaires d’officine à l’ordre des Pharmaciens. « On parle aujourd’hui d’un cas. Cela m’étonnerait beaucoup que 4000 pharmacies, soit une sur cinq, aient acheté un logiciel dans l’intention de frauder ». (Le Figaro du 11 décembre 2010)

La société  Alliadis, accompagne les pharmaciens depuis le début de l’informatisation des officines, il y a plus de 20 ans.  Elle mettra tout en œuvre, conjointement avec les instances professionnelles et ordinales, pour que la profession de Pharmacien ne puisse être discréditée de la sorte.

 

Conclusions:

Il faudra être particulièrement attentif  aux méthodes de contrôle qui seront utilisées par l'administration lors de la vérification des pharmacies.

Il ne serait pas étonnant que les services vérificateurs traitent d'une façon identique les 4000 officines ayant demandé le mot de passe.

Or, ce communiqué démontre que le code administrateur permet avant tout d'avoir accès à un module d'administration et non pas à dissimuler des recettes.


Publié dans Opération caducée

Commenter cet article